Pourquoi faire appel à un courtier en prêt immobilier

Pourquoi faire appel à un courtier en prêt immobilier

Les offres de prêt immobilier se multiplient de jour en jour ces dernières années. Il devient ainsi davantage plus difficile de décider vers quels établissements se tourner. Dans le doute, il est préférable de prendre rendez-vous auprès d’un courtier. Ce spécialiste peut largement faciliter l’accès à un prêt immobilier avec un taux raisonnable. Mais les risques et les complications ne sont pas non plus à écarter.

Lire la suite

Comment payer moins d’impôts

Comment payer moins d’impôts

Payer moins d’impôts : oui, c’est possible !

Les impôts représentent un fardeau important et une source de stress et d’énervements quotidiens pour une grande majorité des contribuables. Tous rêvent de les voir supprimés, ou à défaut, réduits. Même si la première option reste un rêve inatteignable, il est possible de réduire ses charges d’impôts en utilisant quelques méthodes assez peu connues du grand public. Nous allons vous dévoiler quelques-unes de nos astuces qui permettent de payer un peu moins d’impôts, en espérant que vous trouverez la solution qui vous convient dans cette liste non exhaustive.

Lire la suite

La location meublée professionnelle, qu’est-ce que c’est?

La location meublée professionnelle, qu’est-ce que c’est?

Un meublé est censé inclure tout l’équipement nécessaire. Les meublés sont imposés comme bénéfices industriels et commerciaux, au contraire des locations nues. Pour pouvoir louer un bien au statut de LMP, il est nécessaire de respecter certaines conditions. Un membre du foyer fiscal est censé être inscrit au registre du commerce et des sociétés (RCS) comme loueur professionnel. Le loueur doit gagner avec ces locations plus de 23.000 Euros TTC par an. Les recettes de location doivent aussi être supérieures aux autres revenus du foyer fiscal (comme le salaire par exemple). Certaines conditions peuvent être fixées librement entre le loueur et le locataire, comme la question de la garantie, le prix du loyer,… Néanmoins, la durée du bail doit au moins être fixée à un an. Après la fin de ce bail, il est normalement prolongé d’un an, mais le propriétaire peut proposer des modifications avant cette prolongation : par exemple, au niveau de l’espace loué ou du loyer. Ces modifications doivent être formulées au moins trois mois avant la fin du bail, ce qui est aussi le cas si le propriétaire souhaite mettre un terme au contrat.

Le LMP, un avantage fiscal

Le LMP permet de réduire le revenu imposable, car les frais liés à l’ameublement seront assimilés à des charges, déductibles directement, et le logement ne fera pas partie de l’impôt sur la fortune.. Un amortissement, mais aussi une déduction des frais de mutation payés lors de l’achat du bien, est aussi possible en dehors de la valeur du terrain, ce qui permet aussi de réduire le revenu imposable. Il est possible d’imputer l’ensemble d’un éventuel déficit foncier sur son revenu global, ce qui n’est pas le cas pour les locations nues. En tant que succession, elles seront aussi plus facile à léguer à une personne de la famille par exemple, car les droits de succession ne seront pas directement exigibles. Les formalités fiscales seront néanmoins plus importantes que pour une location nue, ce qui vous demandera peut-être plus de travail, mais vous rapportera de l’argent en fin de compte…

Pensez également à consulter notre article à propos de la location meublée non professionnelle en cliquant sur ce lien.

Qu’est-ce que la location meublée non professionnelle ?

Qu’est-ce que la location meublée non professionnelle ?

Si vous louez un logement meublé, il est possible de bénéficier d’un régime fiscal avantageux sous certaines conditions. Cela peut permettre d’optimiser vos revenus en obtenant des réductions d’impôts.

Connaître la location meublée non professionnelle

Pour bénéficier de ce statut il faut répondre à plusieurs conditions exclusives que voici : ne pas être inscrit au registre du commerce comme loueur professionnel, et disposer de recettes locatives qui ne dépassent pas les 23 000 euros TTC par an ni le montant des autres revenus d’activité du foyer fiscal. Le régime fiscal de la location meublée est celui des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) ce qui fait du propriétaire-bailleur de logement meublé un entrepreneur. A l’opposé, la location d’un logement nu générera des revenus qui tombent dans la catégorie des revenus fonciers. En somme, le loueur en meublé professionnel tire l’essentiel de ses revenus de son activité locative, ce qui n’est pas le cas du loueur en meublé non professionnel (LMNP), d’où l’existence d’un régime fiscal différent selon ces statuts.

Pourquoi choisir ce régime et quelles en sont les limites ?

En étant loueur en meublé non professionnel il n’est pas nécessaire de tenir des registres de comptabilité, avec des recettes inférieures à 32 900 euros, le report des montants du loyer sur la déclaration de revenus suffit. Vous serez dès lors imposé sur la moitié de ces loyers. Au dessus de 32 900 euros de recettes ou par choix notifié à l’administration fiscale, on peut dépendre du régime dit “réel” et il devient possible de déduire les charges et les intérêts sur un prêt de vos impôts. Que cela soit par un abattement de 50% sur vos revenus locatifs ou par la déduction de vos charges et intérêts sur l’emprunt, on peut donc bénéficier d’un régime fiscal avantageux lorsque l’on est loueur en meublé non professionnel. L’inconvénient majeur réside dans la gestion de ces revenus et il s’agit de bien anticiper leurs montants pour les déclarer dans la bonne catégorie. Tant que vos revenus locatifs ne sont pas votre principale source de revenus, cela ne devrait pas poser trop de difficultés.

La location meublée non professionnelle consiste principalement en un régime fiscal qui donne droit à des avantages concrets qu’il s’agit de choisir entre l’abattement forfaitaire sur la moitié des revenus, ou la déduction des charges et intérêts bancaires. Bien connaître sa situation permet d’anticiper sa déclaration de revenus en choisissant le régime fiscal le plus avantageux.

Crédit photo : Viktor Hanacek

L’investissement dans l’immobilier a t-il toujours la cote ?

L’investissement dans l’immobilier a t-il toujours la cote ?

En 2015, est-il encore judicieux d’investir dans la pierre ?

Oui, c’est un placement pour l’avenir, avec une préférence pour le neuf. Posséder un bien immobilier est un avantage auprès d’une banque par exemple quand il s’agit d’une demande de prêt.
Quand on est locataire, on doit chaque mois payer un loyer et on a souvent l’impression de “jeter l’argent par la fenêtre” ! Aussi, même si les mensualités sont plus lourdes, le paiement mensuel remboursant un prêt immobilier est psychologiquement très différent. Mois après mois, ce n’est plus de l’argent qui s’envole mais une pierre que l’on ajoute à sa maison.
Actuellement, posséder un bien est encore plus attirant car rendu possible par des taux d’intérêts historiquement bas et une durée des prêts allongée.
Certains économistes pensent que cette durée des prêts va encore s’étendre mais d’autres prédisent le contraire.
Vous êtes jeunes et il n’est pas évident à 20 ou 30 ans de prendre un engagement aussi long. Attention, les conditions peuvent rapidement se dégrader…
Faites-vous conseiller auprès des diverses banques et organismes de crédit pour recouper leurs avis et vous faire votre opinion.

Qu’elles sont les clés d’un achat réussi ?

Vous avez moins de trente ans et vous pensez qu’acheter “dans la pierre” vous empêche de déménager ?
Voyez plutôt cet achat comme un investissement au long terme. Vous pouvez habiter votre logement mais vous pouvez aussi le louer. Pensez aux locataires qui peuvent s’intéresser à votre bien. C’est un studio ? Regardez s’il est en centre-ville, ou proche de l’université, d’une ligne de métro, de bus etc.
Les logements plus grands attirent les familles qui préfèrent être un peu excentrées dans une zone pavillonnaire tranquille.
Si le dispositif Pinel, en vigueur depuis septembre 2014, est plus souple que la loi Duflot, le but est identique : augmenter le nombre de logements neufs.
Vous obtenez une réduction d’impôts à condition de louer 6, 9 ou 12 ans (et selon le montant de votre investissement). La grande différence entre les deux dispositifs est qu’avec le système Pinel, vous pouvez louer à vos ascendants ou descendants. Néanmoins, renseignez-vous car toutes les villes ne répondent pas forcément aux critères d’obtention du Pinel.

En conclusion, vous êtes jeune, avec un petit capital à investir, n’hésitez pas à acheter plutôt qu’à louer. Vous avez les meilleures chances pour rentabiliser rapidement votre investissement immobilier.
Mais à tout âge, l’investissement dans la pierre, c’est du solide !

 

Crédit photo : Bill Jacobus

https://www.flickr.com/photos/billjacobus1/

Investir dans les Monuments Historiques

Investir dans les Monuments Historiques

Avec plus de 43 000 monuments inscrits ou classés en 2008, la France affiche un grand nombre et une diversité de “Monuments Historiques”. Cette mesure permet aux propriétaires et à l’État d’assurer la protection de biens. Au-delà de cet aspect, acquérir un “Monument Historique” peut s’avérer être une excellente manière d’investir dans l’immobilier et de défiscaliser.

 

Pourquoi investir dans un Monument Historique ?

L’acquéreur d’un Monument Historique bénéfice d’avantages fiscaux non négligeables.

D’une part, les travaux entrepris par un propriétaire pour la rénovation du bâtiment sont déductibles à 100% de l’impôt sur le revenu si le monument est ouvert au public. S’il ne l’est pas, la réduction sera de 50% du montant des travaux à la charge du propriétaire.

En dehors des frais afférents à la rénovation, les autres frais liés à la gestion du Monument Historique peuvent également être déduits, dans les mêmes mesures et aux mêmes conditions que pour les travaux.

 

Succession ou donation d’un Monument Historique

Les Monuments Historiques, qu’ils soient classés ou inscrits, sont exonérés de droits de succession et de donation à condition que le public ait accès à l’édifice.

Cet avantage n’est valable que si les personnes héritant du bien signent une convention avec le ministère de la Culture pour assurer l’entretien et le maintien de l’ouverture du Monument Historique au public.

 

Subventions pour l’entretien et la rénovation

L’État peut vous accorder une subvention pour effectuer des travaux de rénovation et vous aider à maintenir un Monument Historique accessible au public.

Vous pouvez également solliciter les autres institutions comme l’Europe, la Région ou le Département selon la nature et la qualité de votre bien, mais aussi le projet que vous portez dans sa rénovation.

Crédit photo : Frédérique Voisin-Demery

 

SCPI : concept et fonctionnement

SCPI : concept et fonctionnement

La SCPI ou société civile de placement immobilier existe pour faciliter l’acquisition et la gestion de biens immobiliers. C’est une option qui peut s’avérer intéressante pour les personnes souhaitant investir dans la pierre sans maîtriser le droit ou la fiscalité.

Qu’est-ce qu’une SCPI ?

La SCPI est un société de gestion de patrimoine immobilier locatif. Les locaux loués peuvent prendre la forme d’immobilier d’entreprise (bureaux ou commerces) ou d’immobilier résidentiel. Les avantages retirés de ce type d’investissement diffèrent suivant le type de SCPI auquel vous allez souscrire.

Fonctionnement de la SCPI

En règle générale, si vous souhaitez investir via une SCPI, le plus important sera de bien choisir son interlocuteur, comme nous l’avons évoqué dans un précédent article sur le choix de ses SCPI.

Une fois choisie votre SCPI, c’est elle qui sera en charge de la gestion du bien de A à Z. Cela débute avec la recherche des locataires, puis la collecte des loyers, la gestion des contentieux et les procédures administratives afférentes à la location (quittances, compte-rendu de gestion, etc.)

Le plus important pour l’investisseur sera d’examiner les frais de gestion de la SCPI et le rendement final qu’elle propose. L’Association française des sociétés de placement immobilier indique que le taux de distribution sur valeur de marché (DVM) s’élevait à 5.13% en 2013.

 

Crédit photo : Kevin Dooley