3 pistes pour investir dans le cinéma pour un particulier

De nombreuses solutions existent pour l’investisseur particulier qui vise à investir dans le milieu cinématographique. Zoom sur ces différents moyens d’investissement, avec leur mode de fonctionnement, leurs avantages, leurs limites et enfin des conseils pratiques pour bien optimiser chaque méthode d’investissement.

Les SOFICA

Le principe

Les Sociétés de financement du cinéma et de l’audiovisuel collectent l’épargne des investisseurs particuliers et le transfèrent vers la production d’œuvres cinématographiques ou télévisées. En échange, les investisseurs particuliers bénéficieront d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 36 % sur ce qu’ils ont investi.

Avantages

Une baisse d’impôt de 30 % de votre investissement vous est octroyée. Lorsque la société effectue un placement d’au moins 10 % de ses actifs sous forme de souscription en capital dans des sociétés de production cinématographique ou audiovisuelle, le taux est majoré à 36 % des sommes investies.

Une durée de détention de cinq ans maximise vos chances de retour sur investissement sur le long terme.

Inconvénients

L’État établit tous les ans le montant maximum de la collecte par toutes les SOFICA auxquelles il a donné son agrément.

Les SOFICA ne font pas d’investissement directement au capital des producteurs d’œuvres.

Le soutien financier ne peut être supérieur à la moitié des sommes investies par la SOFICA.

Conseil

Il est préférable de se tourner vers les SOFICA qui vont réaliser également des œuvres pour la télévision.


La loi TEPA

Le principe

La loi TEPA est une solution qui propose un investissement direct dans des sociétés de production.

Pour obtenir une réduction de moitié de l’ISF (plafonnée à 45 000 €), la société doit satisfaire à plusieurs conditions, notamment :

  • posséder un siège social dans l’Union européenne ;
  • avoir un effectif maximum de 250 salariés ;
  • atteindre un chiffre d’affaires inférieur à 45 millions d’euros ;
  • afficher un total de bilan de moins de 45 millions d’euros.

En outre, vous pouvez prendre une participation par le biais d’une holding, dont une partie du capital sera destiné à la comptabilité de l’entreprise.

Au cas où vous opteriez pour l’investissement via des FIP ou des FCPI, la réduction de votre ISF sera toujours de 50 %, mais elle sera plafonnée à 18 000 €. En ce qui concerne les autres contribuables, le plafonnement de la réduction est fixé à 12 000 € pour un célibataire ou 24 000 € pour un couple.

Avantages

Investissement direct dans des sociétés de production.

Un lissage sur le long terme des éventuelles moins-values grâce à la durée de détention de cinq ans minimum.

Inconvénients

Aucune garantie de revenus minimums.

Conseil

Étudier les contrats concernant les différentes sources de financement et les conditions de partage de risques.


Le crowdfunding

Le principe

Cette solution de financement participatif est basée sur un système de coopérative d’investissement où chaque participant bénéficie des mêmes droits. Toutefois, les gains seront partagés en fonction de l’investissement réalisé.

Avantages

L’obtention d’un financement sans intermédiaire.

Inconvénients

La démocratie actionnariale est compliquée à gérer.

Conseil

Cette solution est plus adéquate pour le financement des courts-métrages (plutôt que des longs-métrages).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *